Les objets connectés Santé : gadgets ou utilitaires ?

Pour toutes les personnes traitées pour une maladie chronique fréquente (obésité, hypertension artérielle, diabète ou excès de cholestérol, …) ou pour les hommes et les femmes qui souhaitent prendre soin de leurs corps, les nouvelles technologies multiplient les outils connectés pour les aider à se prendre en charge mais également pour leur faciliter le dialogue avec leurs médecins ou leurs proches.

Ces outils connectés orientés vers une meilleure santé, sans être aujourd’hui indispensables, peuvent être utiles dans certaines situations (liste non exhaustive) :

– pour ceux qui souffrent d’une maladie chronique et qui oublient régulièrement de prendre leurs comprimés :un pilulier électronique aide à réduire les oublis ;

– pour ceux qui souhaitent contrôler leur  tension artérielle : un tensiomètre connecté pourra enregistrer facilement ses mesures et servira à les présenter aux médecins ;

– pour ceux qui ont un diabète : un lecteur de glycémie avec transmissions de leurs données leur donne la possibilité d’améliorer leurs résultats, de réduire leurs risques de malaise par hypoglycémie et de discuter avec leurs médecins du contrôle de leur maladie ;

– pour ceux qui sont en surpoids ou obèse :: un bracelet connecté avec capteurs (podomètre, fréquence cardiaque, …) leur permettra d’évaluer leurs activités physiques (nombre de pas chaque jour) et les calories dépensées lors des exercices physiques ;

– pour ceux qui souffrent d’insomnies, de fatigue durable : un bracelet connecté avec capteurs enregistrera leur sommeil (avec les réveils nocturnes), les périodes d’insomnies et accessoirement servira de réveil (vibrations du réveil) ;

– pour ceux qui sont traités pour troubles respiratoires : un oxymètre de pouls permet de suivre le degré d’oxygénation du sang et d’adapter l’activité physique, la prise de traitements.

 

Le plus souvent associés à des sites riches en informations Santé, ces objets connectés mesurant les principaux paramètres cliniques (pouls, tension, fréquence respiratoire, …) devraient donc être de plus en plus utilisés comme outils d’aide à préserver son bien-être et pourraient même faire l’objet d’une prescription par les médecins.

Les commentaires sont clos.